Archive for septembre, 2007

Rencontre avec Laurel

Samedi, septembre 15th, 2007

Dimanche dernier j’ai eu le plaisir de tracer à Bouleternère afin de rencontrer la coqueluche des mordus de blog bédé et des trolls de tous poils, l’esthète du pentel et de la note acidulée : Laurel.

Devant la franchise à mon lectorat (si tant est qu’il y en ai encore un) je me dois de vous donner mon avis sur son travail. Laurel fait partie des auteurs qui s’occupent assidûment de leur blog depuis quelques années et sans faire d’idolâterie primaire, elle a battu des records en terme de fréquentation et de commentaires. Evidemment j’ai également été séduit par son style, mais j’avoue que je ne lis plus son blog depuis quelques temps. Pourquoi ? Vous vous en foutez certainement mais je vais tout de même vous le dire.

La première raison est qu’il m’est arrivé de survoler les commentaires et force est de constater que c’est un triste capharnaüm, un éternel affrontement entre ceux qui lui jettent des fleurs et ceux qui lui tirent dans le dos. Je pense que ces virtuoses du clavier ont tendance à oublier qu’ils s’excitent sur le personnage et non sur l’auteur (même si le personnage sert à exprimer des sentiments ou des expériences). Pour la paraphraser : tout n’est pas à prendre au premier degré.

La seconde raison est personnelle et donc n’a aucune valeur : je suis las de voir toujours les mêmes choses. Non pas que ses notes ai baissé en terme de qualité, bien au contraire, mais je préfère Gainsbourg à Gérald Genty, je préfère Cartman à Bob l’éponge, je préfère le salé au sucré, bref, je veux du trash et du gras qui tâche.

En dehors de ces considérations qui n’ont aucune espèce d’importance, j’ai pu constater par moi-même que Laurel est effectivement une fille communicative et agréable. L’image que l’on se fait de quelqu’un à travers son blog est trop arbitraire, trop surfaite, en revanche l’occasion de discuter permet de se forger sa propre opinion. Par peur de jouer les hypocrites je n’étais pas trés expressif au moment de demander une dédicace, mais quand j’ai réalisé qu’elle n’avait pas d’arme sur elle…j’ai arrêté de parler en Klingon. J’ai même eu la chance de feuilleter son carnet de croquis et d’y laisser un petit souvenir, que demande le peuple ?

Laurel